Bande dessinée franco-belge VS comics américains : quelles différences ?

En moyenne, sur un an, l’industrie de la bande dessinée française génère 500 millions d’euros et les Français lisent 6 bandes dessinées. Toutefois, certains des dessinateurs de bande dessinée les plus célèbres sont belges, on parle donc de BD (Bande Dessinée) franco-belge.

En parallèle, les Etats-Unis possèdent également leur industrie de la bande dessinée, dont les ouvrages sont appelés « comics », et qui ont inspiré notre nom, Your-Comicsagence bande dessinée.

Chaque "école" est fortement influencée par les particularités culturelles de sa région d'origine, et cela se voit dans les principaux thèmes abordés, le dessin, la mise en couleur (ou l'absence de couleur). Les deux écoles ont une façon très différente de considérer la relation entre les artistes et les personnages, en partie due à la façon dont les bandes dessinées sont publiées.

Un processus de création différent

Le processus et le calendrier de nombreuses bandes dessinées franco-belges diffèrent de la méthode de production de l'usine de super-héros américaine. Les BD de super-héros américaines séparent les rôles clésles différentes étapes dans le processus de création de la BD, tels que l'écriture, le crayonné, l'encrage, la mise en couleur, le lettrage et le montage. Alors que les bandes dessinées franco-belges correspondent généralement à un éditeur et les tâches sont réparties entre une, deux, voire trois personnes.

L'idée principale derrière la BD française est qu'un personnage et ses histoires appartiennent à ses créateurs, qui sont la plupart du temps un couple d'auteur et d'illustrateur. Même lorsque la voie de publication a changé, passant d'un magazine à un éditeur, cela ne change pas. Au contraire, les créateurs sont encore plus maîtres de ce qu'ils font.

Bien sûr, vous ne pouvez pas faire tout ce que vous voulez parce que vous aurez besoin d'une approbation pour être publié, mais les décisions reviennent vraiment aux auteurs. Cela a donné naissance à un marché qui ressemble beaucoup à celui des livres. On y trouve de longues sagas en plusieurs tomes, des essais politiques, des séries satiriques, des enquêtes de journalistes, des autobiographies, des essais d’auto-exploration intellectuelle et des best-sellers remplis d'action.

Les comics américains sont généralement publiés en numéros mensuels, d'environ 24 pages. Ils ont tendance à être en couleur, et ils sont généralement travaillés par une équipe : le scénariste, le crayonneur, l'encreur (parfois appelé "finisseur" ou "finisher"), le coloriste, le lettreur, et l'éditeur.

Certaines bandes dessinées franco-belges ont des équipes artistiques plus réduites (une personne s'occupant à la fois des crayons et des encres, ou parfois une personne s'occupant du travail artistique), et certaines bandes dessinées indépendantes sont entièrement gérées par une seule personne.

Les principaux régisseurs du domaine de la bande dessinée américaine sont les sociétés de bandes dessinées. Ce sont les entités qui détiennent les droits sur les personnages et les histoires. Par conséquent, un personnage n'est pas particulièrement lié à un auteur. Chacun possède un créateur, mais ils peuvent souvent passer entre les mains de nombreux auteurs, chacun apportant sa touche unique, son point de vue. Les artistes ont des styles différents, qui mettent en valeur les différents aspects du personnage. Cela permet également aux compagnies d'accumuler les histoires au fil du temps. Cela convient très bien à un système commercial qui fonctionne autour de sorties programmées sur une base hebdomadaire ou mensuelle, chaque numéro faisant avancer l'histoire, et chaque numéro étant vendu indépendamment.

Des intrigues et scénarios qui confèrent des rôles plus ou moins évolutifs aux personnages principaux

Tandis que les bandes dessinées du monde entier peuvent résumer des périodes et des influences, l'industrie franco-belge capitalise sur le contexte historique et le placement des bandes dessinées pour ancrer leur importance dans la société.

Les comics ont longtemps été rattachés au foisonnement de personnages principaux comme les supers héros. Des groupes (Les 4 fantastiques, les X men, la Ligue des Justiciers) ou bien des solitaires comme Batman ou Superman sont les personnages principaux. De plus, Batman n’existe pas sans le Joker, Superman non plus sans Lex Luthor, le schéma du super héros du comics existe souvent avec son alter égo antagoniste.

La majorité des comics s’articulent entre le bien et le mal, des notions de justice et de morale. Cela est moins le cas dans la BD franco-belge qui présente des personnages solitaires dont les adversités ne sont pas forcément personnifiées par des « méchants ». Ces personnages sont confrontés à des thématiques plus complexes et sur des interprétations historiques. La BD franco-belge s’est aussi illustrée sur les aventures bien définies de ses héros, sur des séries d’albums chacun représentant une aventure différente, tandis que les héros des comics poursuivent la même problématique depuis plus de 60 ans : sauver le monde.

Des styles et des supports qui varient

L'industrie de la bande dessinée franco-belge est un exemple de ce que la bande dessinée peut devenir en tant que support de narration pour le monde entier.

Contrairement aux bandes dessinées américaines, les BD franco-belges sont présentées sous forme d'albums et sont généralement publiées dans un format plus large, à couverture rigide, semblable à celui des livres pour enfants en Amérique. Ils couvrent une grande variété de supports, dont l'aquarelle, la peinture à l'huile, l'encre, le crayon, le numérique, etc. Au fil des ans, la BD s'est diversifiée en proposant un large éventail de genres et de publics cibles. L'industrie franco-belge peut être divisée en une variété de styles qui incluent, mais ne sont certainement pas limités à : Ligne Claire, Marcinelle School, Réaliste, Nouveau Réaliste, Moderne, Animation, SF Contemporaine, et Alternative.

La plupart des bandes dessinées en France/Belgique ont le format de ce que les Américains appelleraient des "romans graphiques". Ce sont des histoires complètes, d'environ 50 pages, avec une couverture rigide. Le contenu est de styles très différents, mais les bandes dessinées les plus populaires sont humoristiques, comme Tintin, Astérix, Spirou, Lucky Luke, les Schtroumpfs (etc.), et sont destinées aux enfants. Cependant, et compte tenu de leur humour généralement intelligent (avec beaucoup de jeux de mots), elles restent très populaires auprès des adultes.

Dans le format de couverture rigide d'environ 50 pages, il y a aussi des BD qui ont des histoires de blagues indépendantes à chaque page comme Garfield, Gaston Lagaffe, Le Petit Spirou...

Il existe aussi une forte industrie de la bande dessinée, surtout en France, qui est comparable aux romans graphiques américains dans leur nature adulte parfois violente et sérieuse. Elles peuvent traiter de science-fiction ou d'histoire. Le style artistique peut aller de la caricature au réalisme extrême, donc en ce sens, il n'est pas différent de celui des comics américains.

Il est difficile de déterminer en quoi la mentalité des BD françaises et belges est différente de celle des BD américaines. En général, les bandes dessinées françaises et belges sont essentiellement "réalistes", si l'on se permet toutefois une légère suspension d'incrédulité. À l'exception de quelques exemples comme Astérix ou Thorgal, la plupart des personnages des bandes dessinées françaises et belges sont des humains réalistes. Il y a rarement ce truc de super-héros comme dans les BD américaines, et si certains personnages peuvent avoir ce que l'on peut considérer comme des super-pouvoirs (Lucky Luke, par exemple, est un cow-boy qui dégaine son arme plus vite que son ombre), on ne le voit pas vraiment comme tel.

L’exemple de Tintin

Aucune référence à la bande dessinée franco-belge ne peut être racontée sans la mention de l'une des plus grandes : Les Aventures de Tintin. Tintin a été créé en 1929 par un dessinateur belge du nom de Georges Remi, plus connu sous son nom de plume, Hergé. Le personnage était essentiellement un boy-scout qui se retrouve dans des situations difficiles dans des endroits exotiques - l'Afrique, l'Extrême-Orient, l'Amérique du Sud et même la lune. Le personnage de Tintin voyage à travers ces aventures avec son ami le capitaine Haddock et son chien blanc, Milou.

Au fil du temps, le style utilisé dans Tintin a été appelé Ligne Claire en raison de la précision du travail au trait et de l'absence d'ombres ou de hautes lumières graduées. Il a développé un grand nombre d'adeptes et de respect, en partie grâce au fait que chaque histoire était soigneusement étudiée, généralement par une équipe de créateurs des Studios Hergé. Après qu'une série de pages ait été publiée dans le journal, elles ont été rassemblées dans des albums en couleur, à couverture rigide, de style collectionneur, qui ont été commercialisés pour toute personne âgée de 7 à 70 ans.

À ce jour, Tintin a été publié dans plus de 70 langues à plus de 200 millions d'exemplaires. Sur les marchés américain et britannique, cependant, Tintin n'a jamais été commercialisé auprès des adultes, mais a été publié directement dans les librairies et les bibliothèques publiques pour les enfants.

Tintin est un excellent exemple de la division entre les marchés de la bande dessinée britannique/américaine et les marchés franco-belges en ce qui concerne l'exposition du public. Tintin est à l'origine d'un modèle que d'autres titres suivront : plus précisément, la pré-publication dans un magazine ordinaire, en kiosque, puis la re publication ultérieure des histoires individuelles sous forme d'album.

Ce processus et cette stratégie de marketing ont servi de modèle aux futures publications des industries franco-belges. La bande dessinée n'est pas seulement destinée aux enfants, mais elle peut susciter l'intérêt du grand public et être facilement adaptée à des marchés plus larges.

Conclusion

Les bandes dessinées américaines appartiennent à des sociétés. Les artistes se succèdent avec les mêmes personnages, créant des scénarios très forts. Différentes facettes des personnages sont mises en valeur lorsque les artistes changent, permettant de nombreuses prises de vue intéressantes mais limitant également la créativité des artistes.

En parallèle, la BD française et belge est centrée sur l'auteur. Cela permet aux artistes d'avoir un grand contrôle sur leur contenu et une qualité globale très élevée. Les deux écoles de bandes dessinées possèdent leurs forces et ne cessent d’attirer de nouveaux adeptes autour du monde.

Bande dessinée franco-belge VS comics américains : quelles différences ?
Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. En utilisant ce site Web, vous acceptez notre politique de protection de données.
En savoir plus